Terre des Hommes Suisse lance la Marche de l’espoir des entreprises

Terre des Hommes Suisse lance la Marche de l’espoir des entreprises

Pour la 30e édition de la Marche de l’espoir prévue à l’automne 2021, Terre des Hommes Suisse innove en lançant un appel à la solidarité des entreprises genevoises et des organisations internationales. Elles sont invitées à mobiliser leurs collaboratrices et collaborateurs afin de récolter des fonds en faveur des droits de l’enfant. Le principe est simple : chaque marcheur est parrainé par son entreprise qui s’engage à verser une certaine somme lors de cette initiative qui aura lieu du 17 octobre au 20 novembre 2021.

 

Ce projet, qui a pu voir le jour grâce à la Fondation Lombard Odier qui en a financé la mise en œuvre, l’expertise technologique de la plateforme Alaya et le soutien de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, répond à l’urgence du moment.

En effet, si la pandémie actuelle fait de nombreux dégâts, les premières victimes en sont trop souvent les enfants, privés d’éducation et bien plus exposés aux dangers de violence et d’exploitation. Alors même que les besoins s’accroissent, les levées de fonds visant à combattre cette réalité sont entravées par les priorités du contexte actuel. C’est pourquoi Terre des Hommes Suisse lance cet appel à la solidarité du tissu économique genevois et compte sur ses entreprises et organisations, des plus petites aux plus grandes, à venir en aide aux enfants vulnérables en Suisse, en Afrique, l’Amérique latine et en Asie afin que les enfants et les jeunes puissent être les acteurs du changement pour un monde plus respectueux des droits de l’enfant et plus durable. 

 

Adapté à toute entreprise et à tout montant d’engagement, le succès de cette initiative dépendra entièrement du nombre d’entreprises et de collaborateurs qui se mobiliseront. Questionné sur l’ambition du projet, Christophe Roduit, Secrétaire général de Terre des Hommes Suisse, souligne que « La Marche de l’espoir est la plus grande action de solidarité pour les enfants dans notre canton. À son 30ème anniversaire et face à la crise de la Covid-19, nous saisissons l’opportunité d’innover ensemble avec les entreprises du tissu économique genevois, digitalisant et élargissant le cercle de manière que les employés puissent aussi faire valoir leur solidarité. C’est la première édition d’une nouvelle dimension de la Marche de l’Espoir. »


Les entreprises ou autres organisations intéressées peuvent prendre contact avec Terre des Hommes Suisse dès maintenant.

 

Vous êtes intéressé-e et souhaitez en savoir plus? Cliquez ci-dessous

Ils nous font confiance et s’engagent en faveur des droits de l’enfant, un grand merci à eux !

 

« La Marche de l’espoir est un formidable événement intergénérationnel, collaboratif et fédérateur. En lançant ce projet avec Terre des Hommes Suisse, nous souhaitons encourager les acteurs économiques à agir avec ambition pour une société plus solidaire et plus juste », commente Patrick Odier, Président de la Fondation Lombard Odier et Co-Associé senior du Groupe Lombard Odier. « Co-créer de nouvelles approches qui se basent sur la technologie et l’entrepreneuriat en faveur du bien public est la vocation de notre fondation d’entreprise », ajoute Dr Maximilian Martin, Secrétaire général de la Fondation Lombard Odier et responsable de la philanthropie du Groupe Lombard Odier.

 

 

Première à se joindre à ce mouvement solidaire, la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève est convaincue de la pertinence de l’initiative. « Avec l’adaptation de son concept de Marche de l’espoir aux entreprises, Terre des Hommes propose de renouer avec une activité d’équipe, dans un objectif de solidarité, note Vincent Subilia, Directeur général de la CCIG. La pandémie a, chez nous, distendu les liens sociaux mais elle a aussi, dans bien des pays, privé les enfants d’un accès à l’école. La Marche de l’espoir des entreprises est une belle et saine manière de contribuer à la résolution de ces deux problèmes. C’est pourquoi la CCIG est particulièrement heureuse d’y être associée. »