Dernier bout de piste (06.03.2011)

Dernier bout de piste (06.03.2011)

Matinée d’échanges et de synthèse avec le partenaire pour nous mettre d’accord sur les prochaines étapes. C’est aussi un moment privilégié où Jean-Luc, le secrétaire général de TdH, présente en détail Terre des Hommes Suisse et notamment notre travail de sensibilisation en Suisse: il faut l’entendre et le voir, enthousiaste, refléter la Marche de l’espoir, la longue et difficile recherche de fonds dans le public ou les entreprises, le travail en collaboration avec les bénévoles, le lobbying politique pour maintenir et augmenter l’aide au développement.

Il parle tant de l’histoire des mouvements TdH que de cohérence et d’éthique. Passionnant pour tous, et moment intense où l’animatrice de base comme le directeur technique se sentent libres de poser à leur tour, enfin, toutes les questions qu’ils veulent sur cette association TdH qui les soutient.

||

L’enthousiasme des jeunes bénéficiaires des projets.

||

Il fallait quand même que ça nous arrive, sur le dernier bout de piste nous heurtons un rocher sur le bord jamais bien délimité du chemin et le pneu éclate. Heureusement, même s’il fait 40°C, on trouve un peu d’ombre et ce n’était pas à moi de changer la roue…

Champs de termitières ||

Encore quelques heures de route jusqu’à Bamako, ville finale de notre périple.

La piste dégagée ||

Je suis étonnée par le nombre de mendiants dans la rue et de personnes qui dorment sur un coin de trottoir, dont des enfants. Je n’en avais pas vu autant à Ouaga. Mais c’est oublier que la grande majorité de la population malienne est musulmane, et que pour tout croyant, la charité est sacrée, elle fait partie de ses devoirs. Cette capitale s’étale des 2 côtés du fleuve Niger, les rues grouillent de monde, la circulation est dense, embouteillages et pollution au sommet. Un stress qui fatigue… on était vraiment mieux en brousse!