Dernier jour (09.03.2011)

Dernier jour (09.03.2011)

Le dernier jour d’un voyage est toujours un peu étrange. On a à la fois envie de rester — on a à peine eu le temps d’effleurer les problématiques — et envie de rentrer retrouver la famille, les amis, nos habitudes et nos repères.

Nous partons avec toujours la même interrogation. Comment poursuivre le soutien du travail de nos partenaires sur le terrain, travail essentiel de protection de l’enfant, tout en encourageant la démocratisation et la pérennité de ces structures fragiles de la société civile? Comme nombre d’ONG, nos partenaires vivent au gré des subventions de bailleurs qui s’engagent sur 1, 3, 5 ans, et lorsque l’un quitte le navire, tout s’écroule. TdH les accompagne sur le moyen terme, les encourage à travailler en réseau et à faire pression sur l’Etat, qui n’a cependant pas toujours les moyens ni la volonté de prendre en charge ses responsabilités.

|| Laura

Ces quinze jours de terrain m’auront beaucoup appris. Notamment à quel point nous vivons dans un monde de chiffres! Ce que je pensais être une évidence est si éloigné du système de pensée de cette zone d’Afrique. À mes questions: « combien? », « quand? », je reçois les réponses: « beaucoup », « un peu, un peu », « ça fait 2 ans comme ça » (et quand on repose la question plus tard, la réponse peut être de 1 an ou de 3…). Et toujours, par des chiffres, par des mots, par des proverbes, de chercher à mieux se comprendre, à construire des ponts.

Ces journées bien remplies m’auront enrichi. De l’expérience et de la motivation de nos partenaires, des témoignages et vie quotidienne des bénéficiaires, du professionnalisme, des compétences et de l’amitié de mes collègues, des goûts, odeurs, couleurs d’Afrique.

J’espère que ce blog aura répondu à son objectif: vous rapprocher des bénéficiaires de TdH, des réalités et contraintes qu’ils rencontrent, tout en vous donnant un aperçu de ce que peut être une « visite de terrain ». Il y aurait eu tant d’autres choses à dire…

Merci de m’avoir lu. N’hésitez pas à envoyer vos commentaires ou impressions, ils seront les bienvenus!

In’tié, ne be taa (merci, je suis partie, en bambara)!

|| Laura