Former aux droits de l’enfant : un critère fondamental de la qualité de l’éducation !

Former aux droits de l’enfant : un critère fondamental de la qualité de l’éducation !

Au cours de ces quatre dernières années (plan quadriennal 2017-2020), Terre des Hommes Suisse (TdH Suisse) a agi de manière renforcée pour la formation des enseignant-e-s aux droits de l’enfant et à l’éducation en vue d’un développement durable (EDD). Nos actions dans ce domaine contribuent à améliorer la qualité de l’éducation et à la création d’environnements d’apprentissages stimulants, protecteurs, libre de toute forme de violences et de discriminations. Dans des contextes où les pédagogies actives et respectueuses des droits de l’enfant sont encore peu intégrées aux cursus de formation des enseignant-e-s, les actions de TdH Suisse dans ce domaine participent non seulement à l’amélioration significative du climat et des résultats scolaires des élèves mais aussi à la diminution du décrochage et de l’abandon.

 

Par ailleurs, dans le contexte inédit de la pandémie de Covid-19 et face aux fermetures des écoles, des formations spéciales ont été organisées pour assurer l’éducation à distance. Les enseignant-e-s ont ainsi pu adapter leur programme de cours à différentes modalités (virtuel, devoirs papiers) et ont organisé un suivi régulier des élèves par téléphone et lors de visites à domicile afin de les garder motivés.

Un critère fondamental de la qualité de l’éducation

 

Les actions de formation des enseignant-e-s réalisées par TdH Suisse dans ses pays d’action contribuent à la réalisation de l’Agenda 2030 et s’inscrivent dans la ligne de la Convention relative aux Droits de l’enfant (CDE). En effet, comme le précise l’Agenda 2030 dans son objectif 4 (cible 4.7), l’éducation aux droits de l’enfant et en vue d’un développement durable (EDD) est un critère de qualité de l’éducation, au même titre que l’acquisition de compétences disciplinaires de base (langues, mathématiques, etc.). A cet égard, l’Agenda 2030 (ODD 4, cible 4c) exhorte à accroître le nombre d’enseignant-e-s qualifiés, notamment au moyen de la coopération internationale pour la formation d’enseignant-e-s dans les pays en développement.

 

De son côté, dans ses observations générales, la CDE met en avant l’importance de la formation des enseignant-e-s et de toute personne responsable de l’éducation des enfants. Les méthodes d’enseignement appliquées devraient correspondre à l’esprit général de ce texte signé par la Suisse en 1997, c’est-à-dire respecter les droits de l’enfant. L’importance de la qualité du milieu d’apprentissage et d’enseignement est également évoquée : à ce titre, la formation des enseignant-e-s à des méthodes innovantes et leur sensibilisation aux droits de l’enfant est primordiale !

Une méthodologie d’évaluation participative, des témoignages significatifs

 

L’exercice d’évaluation de notre plan d’action quadriennal (2017-2020) indique que les actions de TdH Suisse pour la formation des enseignant-e-s aux droits de l’enfant et à l’éducation en vue d’un développement durable (EDD) contribuent à l’amélioration de la qualité de l’éducation. Centrée sur la perception des bénéficiaires et privilégiant des méthodes participatives de collectes de données, l’évaluation a permis de saisir les principaux changements obtenus du point de vue des enfants, des adolescent-e-s et des adultes avec lesquels TdH Suisse et ses partenaires sur le terrain travaillent.

 

Dans le témoignage suivant, Chery (Haïti) raconte comment la pédagogie respectueuse des droits de l’enfant appliquée à l’École de la Dignité (partenaire de Terre des Hommes Suisse) a changé sa représentation de l’école, restauré sa motivation à apprendre et amélioré ses résultats scolaires. Cet enfant en appelle les autres écoles à devenir des établissements qui favorisent des environnements d’apprentissages stimulants, protecteurs et libre de violences.

Former aux droits de l’enfant implique pour les adultes référent-e-s de questionner leurs rapports aux savoirs, leurs façons d’exercer l’autorité pédagogique et de considérer autrement le métier d’élève et le statut des enfants. Comme en écho aux paroles de Chery ci-dessus, le témoignage de cette enseignante haïtienne formée aux droits de l’enfant par Terre des Hommes Suisse montre le changement que cela a permis d’opérer en elle, en termes d’attitudes envers les élèves et d’adoption de pratiques pédagogiques participatives et actives. Elle constate l’amélioration du climat de classe et des résultats scolaires des élèves.

Afin que les droits de l’enfant soient appliqués et respectés dans le cadre scolaire – et se traduisent aussi bien dans les pédagogies que les savoirs enseignés – il est donc primordial que les enseignant-e-s y soient formés pour un changement d’attitude et de pratiques durables. La qualité de l’éducation n’en est que renforcée et le bien-être des enfants et des enseignant-e-s amélioré, comme l’indiquent les deux témoignages présentés ci-dessus. En considérant la formation aux droits de l’enfant et l’éducation en vue d’un développement durable (EDD) comme un axe clé de son nouveau plan quadriennal (2021-2024), Terre des Hommes Suisse réaffirme son engagement auprès des enfants et des enseignant-e-s, pour bâtir un monde plus durable et respectueux des droits de l’enfant, pour et avec eux.

Terre des Hommes Suisse agit ici et là-bas pour la promotion des droits à l’éducation, à la protection et à la participation des enfants. Avec cette approche intégrée, TdH Suisse accompagne les acteurs et actrices de changement que sont les enfants et les jeunes afin de promouvoir un monde plus durable et solidaire, dans lequel les droits de l’enfant sont respectés.

Thaïs Touch et Anahy Gajardo