Haïti : Apprendre les « gestes qui sauvent » aux enfants

Haïti : Apprendre les « gestes qui sauvent » aux enfants

Une fois de plus, la population et les enfants d’Haïti ont été frappés par une catastrophe naturelle. 

 

Fort heureusement, les enfants bénéficiaires de nos projets, nos partenaires locaux et notre équipe nationale sont sains et saufs. Mais l’impact que ce nouveau tremblement de terre a sur ces enfants vulnérables et leur famille s’ajoute à une situation initiale d’extrême pauvreté et de violences.

 

« Samedi dernier, en chemin pour aller faire une course, j’ai senti la terre trembler sous mes pieds. Je me suis dit que c’est peut-être le bruit d’un camion passant sur la route, mais à bien regarder, je n’ai vu aucun camion. C’est alors que j’ai réalisé que c’était un tremblement de terre. J’ai rapidement pensé aux séances de cours de prévention des risques à l’institution Saint Charles Borromée, où les professeurs nous apprennent les gestes et comportements à adopter en cas de tremblement de terre, notamment si on se retrouve dans la rue. Ainsi, j’ai rapidement observé autour de moi s’il n’y avait pas de branches d’arbres et de murs qui peuvent me mettre en danger. Il n’y avait aucun risque. Je suis donc restée à cet endroit, où je me sentais en sécurité. Les secousses ont été tellement fortes que je suis tombée au sol. Je suis restée assise. Quand les secousses se sont arrêtées, en retournant à la maison, j’ai évité de passer près des arbres et des murs. Arrivée à la maison, comme les professeurs nous l’ont enseigné lors des exercices d’évacuation réalisés à l’école, je ne suis pas rentrée à l’intérieur, au cas où il y aurait d’autres secousses. Pour ne pas risquer d’être blessée ou pire, je suis alors restée dehors avec mes frères et sœurs. »

Lourdenie C. – 10 ans – Jeune écolière de l’Institution Saint Charles Borromée, partenaire local de TdH Suisse en Haïti.

 

Depuis plus de 30 ans, Terre des Hommes Suisse et nos partenaires locaux en Haïti, sommes engagés pour la défense des Droits de l’Enfant. Afin de réduire leur vulnérabilité face aux risques naturels et sécuritaires, notre programme spécifique d’éducation à l’environnement et à la gestion des risques est mis en œuvre au sein de 8 écoles et institutions locales. Il permet aux enfants et aux jeunes de comprendre les enjeux climatiques, de connaitre les gestes qui sauvent, mais aussi savoir quoi faire et quelles mesures appliquer en cas de séisme, cyclone, inondation ou encore glissement de terrain.

 

Comme l’explique simplement le petit Cliverson : « La maîtresse a fait un cours avec nous et elle nous montre comment nous devons nous comporter lorsqu’il y a un tremblement de terre. Elle nous apprend comment nous devons protéger les autres en sortant de la classe rapidement, mais doucement, sans pousser d’autres enfants. Si quelqu’un court, il peut tomber et nous pouvons le piétiner. C’est très dangereux. »

 

Grâce à notre approche pédagogique mettant l’enfant au cœur de l’action, utilisant par exemples des jeux ou des exercices d’évacuation, ils apprennent et retiennent plus facilement les gestes qui sauvent, comment prévenir les risques ou chercher des secours. Véritables acteurs de ces différents cas pratiques, capables d’adopter les bonnes conduites pour se protéger, ils peuvent aussi transmettre leur savoir auprès de leur proche et de leur communauté.

 

« Á l’école de La Dignité, nous faisons plusieurs fois dans l’année des exercices d’évacuation. Dès que le signal d’alarme retentit, tous les enfants savent ce qu’ils doivent faire. Ils savent quelle position ils doivent prendre et les gestes à faire. Nous mettons en pratique ce que nous avons appris. Nous devons d’abord nous mettre sous notre table de bureau et prendre la position fœtale. Ensuite sortir de la salle de classe sans nous précipiter. Ces exercices nous apprennent à garder notre sang froid. Nous n’évacuons pas n’importe comment. Nous avons bien en tête vers où nous diriger, dans un endroit plus sécurisé. Si on n’applique pas les consignes pendant un tremblement de terre, beaucoup de malheur peuvent arriver. » souligne la jeune Anaïca.

 

Différentes activités permettent également aux enseignants, équipes d’encadrement, parents et membres des communautés, d’être sensibilisés aux messages de prévention. Ainsi au cours de l’année scolaire écoulée, ce sont près de 4’500 enfants et jeunes, et 1’437 adultes, qui ont pu acquérir des connaissances et des compétences face aux risques sécuritaires et climatiques.

 

Malheureusement, le bilan dramatique et encore provisoire du dernier séisme nous force de constater qu’il faut faire encore plus, afin de protéger davantage d’enfants. Exposés au manque d’accès aux besoins vitaux dans les jours qui suivent une catastrophe naturelle, ils risquent ensuite d’être victimes de travail forcé pour subvenir à leur besoin, privés ainsi de leur droit à l’éducation et à la protection.  

 

Fidèles à nos valeurs, les équipes de Terre des Hommes Suisse ne peuvent tolérer que les Droits de l’Enfant soient mis en danger. Notre devoir est de leur venir en aide. 

 

Jour après jour, aidés de nos partenaires locaux en Haïti, nous continuons de protéger ces enfants vulnérables, malgré l’insécurité et les destructions. Jour après jour, recommencer et continuer, dans des conditions toujours plus difficiles. Tel est notre engagement, afin de défendre les Droits de l’Enfant quoi qu’il arrive et quel que soit le contexte. 

 

Ils ont besoin de notre soutien. Merci de tout coeur!